L’enchanteresse de la forêt interdite / The enchantress of the forbidden forest

Chapitre 2 : La fleur d’entre les épines ( partie 01

Durant les siècles qui précèdent le règne de la famille du roi Ardine, le royaume de Barzen ainsi que ses villages ramenaient leurs richesses et leurs approvisionnements en nourriture, bois ainsi que les matières premières dans la forêt qui se situe à quelques milles du royaume.

Cependant ces bois connaissent un jour un sort des plus sinistres ; une sorcière au cœur glacial et au visage abominable met fin aux vies de quelques bûcherons qui sont partis chercher leurs approvisionnement en bois pour l’hiver. Ces pauvres homme croisent sur leur route une créature qui est à priori une femme mais elle est d’une bizarrerie surnaturelle ; elle change de posture chaque seconde, tantôt en un gigantesque loup, tantôt en un épouvantail et d’autres en des silhouettes terrifiantes qui sèment l’angoisse .

 » Aidez-nous de cette chose »

Les cris de peur des bûcherons se sont répandus au-delà de la forêt arrivaient jusqu’aux villages avoisinants, les villageois ne comprenaient guère ce qui se passait avec eux dans cette forêt qui était autrefois si paisible.

Ainsi la créature ténébreuse s’empare des vies de ces hommes et tranche leurs têtes avec ses longues griffes crochues puis les accroche sur les premiers arbres délimitant la forêt, un message clair pour démarquer son territoire et un avertissement pour que plus jamais un homme n’y remet les pieds.

Les années passèrent, cependant aucun villageois n’osa s’aventurer dans cette forêt car la sorcière possède des yeux de corneille qui surveillent chaque recoin , son odorat développé peut déceler l’odeur la plus fine. Salamendria aime particulièrement se nourrir de chair humaine fraîche mais après qu’elle a semé la terreur dans les cœurs des humains , elle s’est vu obligé de manger toute autre chose vivante ; des loups, des serpent , des sanglier , néanmoins aucune faune n’est capable de rassasier sa faim monstrueuse.

Les années devenaient longues et affaiblissantes pour cette incarnation du diable,ses pouvoirs magiques et sa force surnaturelle s’éteignaient petit à petit car l’insomnie ne quitta jamais ses nuits, la sorcière est plus vulnérable que jamais, ses yeux ne se ferment plus car les bruits, les odeurs tout catalyse ses sens, la laissant éveillée et sans repos.

Un jour à l’aube, la sorcière entend dans sa réserve le bruit de pas humain , sa soif de chair humaine fait qu’en battement d’aile elle rattrape sa proie. Elle trouve sur les lieux un couple qui semble être égaré , elle les surprend d’une voix effrayante et d’un rire moqueur leur disant : a mimiyenou

  • Que vois-je ici, que venez vous faire dans ma réserve ? Vous ne savez donc pas qu’une sorcière qui dévore les humains habite dans ces parages ? Ironise-t-elle
  • Ne nous sommes égarés ! Pardonnez nous, ce n’était pas de notre intention de pénétrer vos bois. Supplie l’homme
  • C’est mon jour de chance ! Mon vœu de manger de la viande humaine s’exauce enfin ! Dit Salamandria en ouvrant sa grande et infernale bouche pour dévorer l’homme en premier

Ce dernier ravagé par la peur , il plonge dans le gosier de la sorcière en hurlant :

 » Sauve-toi et notre enfant, cours vite ! « 

La malheureuse femme aux yeux versants des cordes de larmes, prend une direction inconnue et marche aux pas de charge , elle entend derrière elle les cris de détresse et le craquement des os de son mari qui se fait dévorer vivant mais elle continue à fuir la mage sans relâche. Cependant son instinct lui dicte de cacher l’enfant car la sorcière finira par la rattraper tôt ou tard et la mangera avec son enfant.

Elle arrive à un endroit barbelé d’arbres épineux, elle voit un espace dégagé entre les épines et s’approche pour cacher l’enfant dedans. Bien que ses mains se remplissent de sang et se fait mal, elle laisse l’enfant là-bas et prend la fuite dans une autre direction afin d’embrouiller la succube. Quelques instants après la sorcière la rattrape et la mange à son tour en une seule bouchée . Cependant , la sorcière n’est toujours pas rassasié car ses narines sentent toujours une présence de chair humaine ce qui l’incite à chercher dans tous les environs jusqu’à ce qu’elle tombe sur la cachette du nourrissant.

Salamandria récite un sortilège pour que les cordes épineuses des arbres se défont , elle tend sa main et ramasse un petit enfant enfoui dans un drap . Elle sort le bébé des épines et se précipite à le déguster. Quand elle enleva le drap qui cache le visage de l’enfant , de surprenants grands yeux la regarde elle est presque hypnotisée par cette vue à laquelle elle a jamais eu à faire. La fleur d’entre les pavés est une fille d’une beauté subjuguante qui dégage une aura inhabituelle que même la sorcière n’arrive pas à comprendre.

Après avoir passer des heures à regarder la fille , la tentation de Salamndria à l’avaler commence à se dissiper . Une idée lui vint à l’esprit « Cet enfant me fera dormir la nuit » .

Ainsi la sorcière prend l’enfant entre ses bras et décide de l’élever pour qu’elle soit sa servante, plus précisément l’enchanteresse de ses nuits longues, celle qui fera disparaître son insomnie et qui lui apportera sérénité dans son sommeil et qui veillera sur son repos .

Elle lui donne le nom de Nouja qui signifie la belle épine, la sorcière la baptise étant sa fille en une nuit de pleine lune, dans un bain de sang et des rituels sataniques . Pour que son autorité sur Nouja ne soit jamais rompu un jour , elle décide de la seller à son sort avec une malédiction de sang

« une vie pour ma vie, une mort pour ma mort »

Salamndria tranche sa main avec un de ses griffes et laisse couler son sang , elle pique un doigt de l’enfant en larmes et verse quelques gouttes de son sang et le mélange au sien en répétant la phrase  » une vie pour ma vie, la mort pour ma mort »

Ce sort signifie que la vie de l’une dépend de la vie de l’autre , si jamais un mal arrive à l’une il arrivera sans doute à l’autre , un sort très puissant qui ne peut être défait.

Ainsi les années passent, la petite Nouja grandit en toute splendeur, elle devint cette jeune fille aux traits de beauté unique et sans égal. Elle apprend tout de sa mère, Salamendria qui l’élève comme son vrai enfant, la nourrit, la protège mais aussi fait d’elle l’ange qui berce ses nuits et veille sur elle. Nouja a pu apprendre à lire grâce aux romans et aux livres que sa mère lui apporte de ses sorties de chasses, ils lui servent aussi de berceuses à lire le soir pour endormir sa maman.

To be continued ,stay tuned !©venus_writer

N’hésitez pas de me partager vos avis en commentaire

PS : vos critiques vont vraiment améliorer mon travail n’hésitez pas à les écrire en commentaire, si jamais vous voulez m’aider à réaliser mon rêve d’écrivaine , vos dons m’apporterons beaucoup d’aide ICI

L’enchanteresse de la forêt interdite. The enchantress of the forbidden forest.

Chapitre 1: le prisonnier du château (partie 04)

La patience de Hans est complètement consommée ,il s’approche de la vieille et lui demande:

  • Pourriez vous vous dépêchez, mon cheval est vraiment assoiffé. demande Hans avec gentillesse.
  • Ne voyez vous donc pas que je suis entrain de remplir ma jarre, attendez votre tour, comme je l’ai fait moi avant vous. Répond la vieille
  • Mais vous êtes entrain de remplir votre cruche avec une cupule de gland ! Vous ne pouvez pas la remplir directement du fût qu’on en finisse.
  • Je la rempli toujours ainsi, si ça vous dérange autant vous ferez mieux de patienter ou plutôt partir.

Hans regarde son cheval haletant de soif cette femme devant lui fait les choses sans hâte. Étant à bout de nerfs il avance vers la vielle, en essayant de l’aider à remplir la jarre , la vielle dame fait exprès de trébucher puis tombe par terre. Hans se hâte pour la rattrapper mais la vieille en profite pour l’indigner devant tout les passants

  • Vous n’avez pas honte ! C’est ainsi que vous traitez une vielle femme à l’âge de votre mère! La vieille dame simule toute une scène de lamentations et hurle aux passants : Venez m’aider! cet homme veut agresser une misérable femme.
  • Arrêtez avec vos sottises, je ne vous ai pas poussé, vous êtes tombée vous même.Réclame Hans

Vous vous prenez pour qui en m’accusant de mensonge, ce n’est pas comme si que vous avez pour épouse Nouja, la fille de la sorcière .Balance la vielle dame pour éveiller la curiosité du prince et entamer son plan.À l’instant où le prince entend dire « Nouja » , son attention s’éveille instantanément face à ce prénom singulier qu’il découvre pour la toute première fois . La vieille a lancé son appât minutieusement préparé , Hans le croque tout cru. Le jeune homme aide la vielle et la soulève par terre, puis sans trop tarder , lui demande de lui dire d’avantage sur cette fameuse « Nouja » et ce qui la rend autant spéciale qu’elle soit précédée d’éloges . La vieille dame rit d’un air malicieux et lui répond :

  • Nouja est celle que vous ne pourriez jamais avoir votre Altesse ! Répond-t-elle avec mépris

Hans se fige face à cette réponse ; cette vielle cruche l’a reconnu et connait bel et bien son identité de prince , malgré cela et sans avoir froid aux yeux , elle le laisse sur sa faim sans lui donner d’explication sur la mystérieuse fille ,elle prend ses affaires et quitte les lieux sans dire un mot de plus.Le temps s’écroule sans que le prince ne s’aperçoive , le ciel se vêt en noir alors que lui demeure pensif sur l’incident auquel il a eu à faire. « les nouvelles circulent rapidement dans ces parages » se dit-il . Hans croyait cacher son identité pour longtemps , mais cette vieille bique au visage hideux vient de lui révélé le contraire. Cependant la question qui tourne en rond dans sa tête depuis toute à l’heure est celle relié à Nouja « je dois absolument découvrir de qui s’agit-il » décide le prince. À l’aube , Hans prépare son cheval pour retourner au château après mûre réflexion .Il est vrai qu’il a juré de ne plus y remettre les pieds , cependant il rompt sa parole car c’est le seul moyen qui lui permettra de ramener la vieille dame jusqu’à lui et la faire parler. À son arrivée aux portes du palais, le jeune homme fait semblent de ramollir ses pas et fait le malade qui ne peut pas se tenir debout, les gardes le reconnaissent et se précipitent instantanément pour l’assister et l’emmener à l’intérieur du château. Le vieux majordome Cunt se hâte pour informer le roi sur l’heureuse nouvelle du retour de son fils mais l’avise de l’état frêle dont il se trouve.

  • Il est où mon Hans, que lui est arrivé ? Demande le roi la voix tremblante- Dans sa chambre votre majesté, son état fébrile a épuisé toutes ses forces . Répond un des gardes

Le roi se dépêche de monter les escaliers, et en une fraction de seconde il se retrouve dans la chambre.

  • Qu’est-ce qui t’es arrivé mon cher fils? Ne t’ai-je pas averti avant que tu quittes le palais ?
  • Pardonnez-moi père, j’aurais dû entendre vos avertissements, j’ai avalé sur ma route un mauvais champignon, et je me suis retrouvé à moitié paralysé quelques minutes après. Je n’avais nul part où aller, j’ose espérer que vous puissiez me pardonner, et me reprendre dans vos bras aimants. Explique Hans
  • C’est ton palais mon fils, tu y seras roi après moi, il n’y a pas place à cette question ! Gardes, faites appel à tous les guérisseurs du village, du monde entier si il en faut. Hurle le roi avec inquiétude
  • Non père, je connais la parfaite personne qui pourra me redonner vie et me guérir de ce mauvais présage, ramenez moi la vielle dame du village, les potins disent que son potage de légumes guéri tous les maux. Répond Hans

Ainsi, Hans bouges les pions de cette partie d’échecs avec des mains sous contrôle de la vieille sans même qu’il ai un grain de soupçon. Le roi ordonne les gardes du château de chercher cette vieille dans les quatre coins du village et la ramener de force si jamais cela est requis.Les chevaliers du château se lancent à la recherche de la vieille dame, mais aussitôt leur quête s’achève car la malicieuse femme attend impatiemment la prochaine étape de son plan .Plus tard dans la journée les chevaliers reviennent au palais accompagnés de la femme qui n’a nullement présenté d’objections ; elle sait très bien ce qu’elle vient faire dans le palais , la condamnation du prince arrive à grand pas.

  • Votre majesté le roi, pourquoi êtes vous venu à ma recherche, qu’ai-je fait de déplaisant, vous ai-je infligé du tord ? Demande la dame d’un air rusé
  • Non, vous êtes ici car vous êtes là seule qui peut guérir mon fils, il paraît que votre potage fait des miracles, et suite à sa demande vous vous retrouvez ici ,il est souffrant vous ferez mieux de lui préparer votre remède magique. Répond le roi poliment.
  • Oh misère, Le prince est souffrant ! Je ferai mieux de me dépêcher alors, mais à une seule condition!
  • Nommez votre prix, tout ce dont vous avez envie, le plus important est la vie de mon fils, faîtes vite !
  • Non, ce n’est pas de l’argent que je veux, mais le remède ne fonctionne qu’à une seule condition, je dois le faire bouillir dans un chaudron près de votre fils, il doit sentir les odeurs qui ressortent lors de sa cuisson, tout cela fait partie du processus de guérison.
  • Gardes, prenez donc un chaudron et faites du feu dans la chambre de Hans et apportez tous les ingrédients que la vieille vous demande. La vicieuse femme se rend à la chambre de Hans, ce dernier fait semblant de ne pas la reconnaître, mais elle est au courant de tout, et encore une fois tout cela fait partie de son plan.La vieille découpe les légumes, les herbes les viandes tous ce dont le potage a besoin, le prince a les yeux fixés sur elle, elle rajoute de l’eau jusqu’à ce que le chaudron soit rempli, après quelques minutes le mélange commence à bouillir. Hans se relève du lit et va dans la direction de la vieille, il prend sa main et la met dans l’eau chauffante du chaudron.
  • Arrêtez, vous me brûler le bras, qu’ai-je fait pour mériter cela. Demande-t-elle en larmes
  • Vous ne m’avez pas reconnu alors ! Je suis l’inconnu de la fontaine je vous ai fait venir ici dans le but de me raconter l’histoire de cette « Nouja », dépêchez vous ou votre bras va brûler par cette eau qui commencera à bouillir d’ici peu. La menace-t-il

La vieille au visage ridé et dos courbé fixe Hans du regard et lui répond :

  • Nouja ! Tu ne connais donc pas la fille que tout homme désire, celle au visage de déesse ; les cheveux tel des cordes tressés en or, les yeux à la couleur étincelante d’émeraude, les mains dansent sur sa peau blanche soyeuse…Ah les paroles ne peuvent décrire sa beauté, car aucun homme n’a survécu à sa mère, la sorcière maléfique. On raconte que chaque homme que les regards sont tombés sur Nouja, tombe amoureux instantanément, mais aussi il est maudit et condamné à la damnation. la sorcière qui ne dort jamais, le pourchasserai jusqu’à ce qu’elle lui ôte la vie.

Hans surpris par ces paroles poétiques qu’il vient d’entendre, cette description envoûtante de la jeune fille, il interroge encore la dame impatiemment.

  • Mais où vais-je la trouver cette Nouja et sa mère la sorcière, quel chemin me mènera-t-il donc à cette femme que nul ne peut avoir ?
  • Tu ne crois tout de même pas que tu peux avoir Nouja, dit-elle en ricanant . La sorcière fera de tes entrailles son souper et de tes mains les passoires de son chaudron, ta tête sera sur le premier arbre qui mène à la forêt interdite pour que ton visage tiraillé de peur soit une leçon pour tout ceux qui osent s’approcher de sa protéger Nouja…

Hans prend la vieille par ses épaules la secoue violemment et lui répète.

  • Vous allez me dire enfin le chemin ! Hurle Hans.
  • Prends la voie de la forêt interdite vers la sortie de ce village, le grognement des loups assoiffés de chaire et de sang te guidera vers ta destiné…la route sera longue et bien capricieuse pour toi . Dit -elle en se réjouissant

Hans part de suite dans l’écurie et sort son cheval et monte dessus, il fait le sourd et n’écoute pas son vieux père le suppliant de rester et l’avertissant de la dangerosité de sa destination, il sort une autre fois du palais, vers une aventure meurtrière, un chemin méconnu qui le mènera à un destin flou et pleins de dangers, mais il est déterminé à poursuivre sa quête ou qu’elle le mène.

To be continued ,stay tuned !©venus_writer

N’hésitez pas de me partager vos avis en commentaire

PS : vos critiques vont vraiment améliorer mon travail n’hésitez pas à les écrire en commentaire, si jamais vous voulez m’aider à réaliser mon rêve d’écrivaine , vos dons m’apporterons beaucoup d’aide ICI

L’enchanteresse de la forêt interdite. The enchantress of the forbidden forest.

Chapitre 1: le prisonnier du château (partie 03)

Aux portes du village, les gens ont les yeux fixés sur Hans , ils s’interrogeant sur l’identité de cet homme à cheval qui vient de franchir leurs portes. « Vient-il de loin ou d’un autre pays » se demandent-ils. Cependant , personne ne sait que cet inconnu qui se cache derrière l’identité d’un paysan , est le prince de Barzen, le leurs à vrai dire.

Hans descend de son cheval, et décide de faire le tour du village à pieds, ruelle par ruelle, impasse par impasse afin de découvrir se qui s’y cache ; rencontrer les gens , découvrir leur façon de vivre et de penser , apprécier sa nouvelle aventure mais surtout rencontrer son peuple… Tous les chemins qu’il prend pendant sa visite le mènent à une place centrale où tous , hommes et femmes se rassemblent . Une place où se déroulent les activités communes des villageois, ainsi que les débats importants et regroupements. Apres des heures de marche , Hans à les pieds en flamme , il perçoit de loin un siège surélevé magnifiquement décoré avec des ornementations en fer forgé et vu que tous les autres sièges ordinaires sont pris , ce siège lui tape à l’oeil et par fatigue , il décide de s’installer un moment le temps de reprendre son souffle et reprendre son chemin. Une fois assis, il remarque les gens du village qui se murmurent dans les oreilles des paroles inaudibles et presque incompréhensibles « Personne ne s’assoit dans la place du fils de la vieille, comment cet inconnu a-t-il osé !  » Hans lit dans les regards des villageois un mécontentement et un étonnement mais ne comprends guère ce qui il a fait de mal ou ce que cet acte lui réserve .

  • Le voilà arrivé ! hurle un villageois, le fils de la vieille dame est ici !

La vielle dame est une abominable femme dont la réputation précède dans tout le village , connue pour ses tours de nécromancie et ses affaires malsaines qui ont fait qu’elle soit crainte et obéi par tous . Elle fait ainsi de son fils unique Harold, l’homme vénéré et redoutable à la tête de tout les villageois.

Hans par curiosité , lève les yeux et regarde pour voir qui est donc cet homme dont tout le monde a peur, celui dont la réputation précède et que les bouches n’arrête pas de répéter le nom.

Il voit un homme grand de taille , d’une ossature imposante et avec une grosse tête, il se rapproche et vient dans sa direction ; un visage rouge de fureur remplie de cicatrice au sourcils épais et au nez pointu , se dresse en quelques secondes devant lui . Le silence s’installe instantanément dans la place , les bouches bavardeuses s’amuissent, car le puissant gaillard s’adresse au villageois d’un air de suprématie :

  • Qui est cette vermine qui s’est permise de s’assoir dans ma place, moi Harold le fils de la vieille dame le protecteur du village, l’invincible .
  • Je suis Hans ! Répond le prince en se levant d’une voix remplie de courage et sérénité .
  • Quel châtiment viens-tu de t’infliger ! Vermine, sais tu que tu t’es assied sur le trône d’Harold l’invincible? personne n’ose se mettre sur mon siège ! Un seul coup de mon poing mettra fin à ta misérable vie et te réduira en poussière .
  • Je ne viens pas en guerre, dit Hans, quand je suis arrivé je n’ai trouvé personne assis sur cette chaise, comment pouvais-je savoir que c’est la votre ? Enchaîne-t-il
  • Tu n’es donc pas du village ni du voisinage à ce que je vois , tu ne t’aurais pas permis cela si tu avais conscience de mon identité, dégage de ma place immédiatement ou je te ferai regretter cette impardonnable erreur !
  • Êtes vous le roi pour revendiquer de cette façon ce siège? Je m’en irai une fois que la sueur cesse de couler sur mon visage . Répond Hans calmement
  • Comment oses-tu me répondre ainsi! Viens donc que je te casse les os jusqu’au dernier, et que cela soit une leçon pour toute personne qui aura le culot de reproduire cet acte.

Face à cette menace et cet homme à la voix bourrue qui le défie, Hans n’hésite pas un instant , il ôte son capuchon et fait dévoiler son corps digne d’un dieu, à la puissance de dix hommes. les habitants du village tous ébahis par la taille et la force de cet inconnu et son courage à affronter le tyran d’Harold qui les prive de leur liberté et qui abuse d’eux . il s’approche de ce dernier, quelques coup de poing lui suffisent pour mettre le gaillard à terre, sans même faire couler une goutte de sueur.

  • Hans est notre sauveur ! Longue vie à Hans ! Crient les villageois de joie

La dignité et la réputation d’Harold font désormais partis du passé , sa défaite est sur la bouche de tout le village, ses habitants tous contents de cette victoire n’arrêtent pas d’applaudir Hans et le saluer pour cette justice rendue.

Humilié, Harold se relève du sol le visage plein de sang et de cicatrices, son corps est en mille morceaux, il ne peut même pas marcher mais ses quelques adeptes qui le craignent toujours l’aident à se remettre sur pieds et le transportèrent à la maison.

Aux détour d’une ruelle qui mène vers la maison d’Harold , la vieille dame qui est sa mère les perçoit de loin, elle distingue son fils parmi ces homme qui le portent , le visage remplie de sang et le corps fracturé. Heurtée par cette vision , elle court le voir et fait tombé sur la rive d’un ravin ses pièces d’or qu’elle a récolté de ses escroqueries et ses manigances.

  • Qu’-est-ce qui est arrivé à mon fils ! Mon gaillard qui t’as fait cela ? Demande-t-elle pétrifiée

Les paroles ne veulent et ne peuvent pas sortir de la bouche d’Harold, il a plus de force pour raconter l’humiliation que Hans lui a fait vivre .

  • C’est l’inconnu au visage charmeur et au corps robuste venu mystérieusement au village , il a réduit votre fils en os cassés par quelques coups de poing. Répond un des hommes
  • Qui est donc cet homme ? Quelqu’un d’entre vous le connaît? Bande de bon à rien , vous avez vu votre maitre se faire battre de cette façon et vous n’avez pas bougé vos petits doigts pour l’aider! Ignobles que vous êtes, dîtes moi où je peux le trouver! Hurle-t-elle
  • Pardonnez-nous madame ! cet homme avait l’aptitude de nous anéantir tous , rien ne pouvait l’arrêté ! Les échos disent qu’il n’est pas du coin, qu’il vient d’un pays que nul connait l’existence. Dit l’un des serviteurs en bafouillant

Un autre villageois enchaîne en disant :

  • C’est la première fois qu’on le voit ici , il a fait le tour du village sans s’adresser à quiconque . Après des heures d’exploration , il s’est rendu dans la place centrale du village et s’est assis sur le siège d’Harold , d’ailleurs c’est ce qui a déclenché ce combat.

La vielle dame essuie ses larmes, regarde avec rage le visage boursouflé de son fils et le petit sac qui contenait son or , cette femme qui est l’incarnation de la cupidité , fait la promesse de retrouver cet intrus afin de prendre sa vengeance et lui faire payer son acte de la façon la plus déplaisante ; l’exiler et l’envoyer vers un destin funeste, dans le coin le plus dangereux de la lande, là où il ne pourra jamais revenir.

Le lendemain, la malicieuse femme se rend à la fontaine où tout les villageois s’approvisionnent d’eau , persuadée de rencontrer cet inconnue dans cet endroit elle s’y installe dès les premières heures du matin. Ses fidèle oreilles lui ont rapporté que cet étranger a passé la nuit dans le village . Pour arriver à ses fins et mener à bien son plan machiavélique qu’elle a minutieusement établi, elle prend avec elle une grande jarre qu’elle compte remplir avec un tamis et la cupule d’un gland de chêne , cela paraît absurde à priori mais tout ces détails sont calculé dans un but précis . Les heures défilent sans qu’un visages dont l’identité soit inconnue ne croise les yeux de la vieille , jusqu’à ce qu’un homme correspondant au descriptif que ses serviteurs lui ont donné apparaisse de loin .

À l’instant où la vieillarde l’aperçoit entrain de marcher vers la fontaine elle se met à remplir sa jarre avec la cupule en passant par le tamis . Une fois arrivé, Hans prépare son cheval assoiffé et lui enlève sa selle , afin de lui permettre de boire librement ainsi que brosser sa crinière . La femme regarde la selle du cheval du coin de l’œil , elle s’étonne de ce qui ses yeux voient ; elle reconnait immédiatement ces broderie en or et ce cuir de qualité , seul un cheval royale peut avoir une pareille ! Ensuite elle lève discrètement ses yeux et s’aperçoit que le cheval est Mandrien ; une race rare qui provient d’un monde que seuls les chamans connaissent . Un cheval pareil ne se vend pas a quiconque et ne s’achète pas avec des pièces d’or plutôt un troc défini par des clauses obscures que les mandriens exigent au humains qui veulent de leurs services

« Ce que disent les mouchards est finalement vrai, le prince a fugué de son palais » se dit la femme. Après cette découverte qu’elle vient de faire, la vielle dame est encore plus motivée que jamais ; la présence d’un souverain à Barzen éliminera tout travail malhonnête , ses supercherie et usurpations ne verront plus le jours et sa suprématie prendra fin dans le village si jamais le prince Hans y reste. Elle continue alors de remplir sa jarre avec la petite cupule en ignorant complètement Hans qui attend depuis des lustres qu’elle finisse.

To be continued ,stay tuned !©venus_writer

À votre avis qu’elle serait la réaction du prince face à cette situation / Quel plan a la vieille dame derrière la tête ? N’hésitez pas de me partager vos assomption

PS : vos critiques vont vraiment améliorer mon travail n’hésitez pas à les écrire en commentaire, si jamais vous voulez m’aider à réaliser mon rêve d’écrivaine , vos dons m’apporterons beaucoup d’aide ICI

L’enchanteresse de la forêt interdite. The enchantress of the forbidden forest.

Chapitre 1: le prisonnier du château (partie 02)

Le prince déjà réveillé , part faire sa toilette et s’habiller afin de se préparer à une journée remplie de devoirs , il entend frapper à sa porte et la voix d’une domestique qui n’est pas celle de Renette l’appelle pour prendre le déjeuner. Cette servante dresse la table de toutes sortes de nourriture puis attend que Hans finisse pour le servir.

Une fois terminé, Hans se met à table et avant de commencer il contemple bien  la servante et lui demande.

  • Votre visage m’est pas familier, que-est-il arrivé à Madame Renette ?
  • Madame Renette a été prise par un mal atroce au ventre ce matin, hélas elle ne peut pas vous servir, permettez moi de prendre sa place aujourd’hui afin de vous aider. Répond-t-elle
  • Quel malheur ! Je lui souhaite un prompt rétablissement et qu’on lui apporte le meilleur des soignants, veuillez me servir un peu de jus je vous prie. Dit  Hans

Surprise par la gentillesse de Hans , la domestique se hâte de remplir sa tasse , elle lui sert une assiette garnie de toutes gâterie puis Hans se mets à manger. Tout en dégustant sa nourriture, un petit sac tombe du tablier de la domestique, elle se dépêche de le rattraper mais le prince remarque directement son geste, il s’arrête de manger et l’interroge :

  •  Qu’a-t-il de précieux dans ce sac, que vous vous êtes précipitée à le rattraper ?
  • Rien, votre Altesse ! Rien qui puisse vous intéresser. Elle répond d’une voix tremblante
  • Qu’en savez-vous ? Vous ne serez pas une voleuse qui a peut être volé quelque chose de mon palais ? En tout cas vos expressions le confirment, Vous ferez mieux de vous dépêcher à me montrer ce que vous tenez là où vous allez connaître un terrible châtiment !

La domestique par peur qu’elle soit accusée de vol et sera chassée du palais, sort le sac de son tablier et montre l’os recouvert de viande qu’elle a volé dans la cuisine avant qu’il soit jeté par les cuisiniers du château. Quand Hans aperçoit ce morceau de viande, il ressent instantanément un pincement au cœur et eu pitié de  la pauvre servante.

  • Que faisiez-vous avec cet os ? Serait-il possible que l’on vous donne pas à manger et on vous prive de nourriture ? D’où l’avez-vous eu car j’en ai jamais eu un morceau pareil dans mon assiette ? S’étonne t-il
  • Non votre Altesse, vous vous trompez ! Je suis gracieusement servi dans le palais avec toutes sortes de nourriture, tout le monde est aux petits soins avec moi, je ne pourrais pas souhaiter un meilleur endroit. Cependant, depuis que j’ai commencé à travailler ici, je n’ai jamais été servi de cette part ; quand j’ai vu les autres domestiques les jeter, je me suis précipité pour en prendre une afin de la déguster, le goût de l’os est vraiment unique, c’est la chose que je désire le plus. L’avez-vous déjà goûté, Votre Majesté ?
  • Non, je n’avais jamais mangé cette viande et votre façon de la décrire me donne curieusement envie de l’essayer !
  • Cet os contient à l’intérieur une matière appelée moelle osseuse, elle est très savoureuse et contient beaucoup de bienfaits, je ne comprends pas pourquoi votre personnel les jettent, et si vraiment ils vous veulent du bien ils vous donneront toujours cette part au lieu de ce morceau là dans votre assiette. Dit la servante

Hans se lève rangé par la curiosité et l’envie de goûter à cette chose et se dirige vers la domestique

  • Je vous ordonne de me le donner que je savoure ce fameux régal dont vous me parlez….

Le prince arrache l’os à la domestique et tente de faire sortir cette matière succulente en le frappant contre la fenêtre du comble qui donne sur la place du village en bas du palais et cette dernière se brise. Le prince jette ses yeux sur le monde extérieur, fasciné, ébloui choqué, surpris les mots lui échappe et les larmes remplissent ses yeux….

  • Mais que vois-je donc là ! Qu’elle est donc ce village ? Tout ce que mon père me disait n’est qu’un mensonge, comment a-t-il pu me faire cela ? il existe bel et bien un monde derrière ces remparts celui qu’on m’a caché toute ma vie ! s’exclame Hans
  • Ne le saviez vous donc pas votre majesté ? S’étonne la servante

D’un regard à la fois furieux mais aussi triste , Hans se retourne vers la servant et la fixe du regard un moment puis se dépêche de parcourir l’interminable chemin depuis son aile vers le roi Ardine le visage chamboulé, les yeux pleins de larmes et de déception

  • Pére ! Qu’avez-vous fais de ma vie , pourquoi m’avez-vous menti tout ce temps. Rétorque la voix en sanglots

Les domestiques du palais et tout le personnel se figent sur place, choqués par la révélation que vient de faire le jeune homme « C’est le fils du roi qu’il a jadis déclaré pour mort se murmurent-ils »

La pauvre servante ne tarde pas à arriver, quand elle s’effondre par terre à genoux implorant la grâce du roi ses yeux noyés de larmes.

  • Pardonnez- moi votre majesté tout cela est de ma faute, rien de ça ne serait arrivé si j’en avais pas pris ce morceau ! Ayez pitié d’un misérable être que moi. 
  • je n’arrive pas à croire qu’une minable domestique est derrière ça ! Garde ! Attachez cette vermine que je lui coupe la tête, hurle le roi

Le vieux majordome Cunt se rappelle que cet incident n’aurait jamais eu lieu s’il avait dicté les ordres à cette pauvre femme, alors il décide de prendre toutes responsabilités de cette grave erreur et l’avoue à sa majesté.

  • Votre majesté ! Je crains que tout cela soit de ma faute, j’ai omis d’informer cette nouvelle servante sur les règles du château ce qui l’a induit en erreur.J’ai failli à mon devoir hélas je ne suis pas digne de la confiance que vous avez placé en moi, je mérite tout châtiment que vous ordonnez. Dit Cunt attristé

Les paroles de Cunt sombrent le roi dans un néant total, il en revient pas que ce coup lui vient de son confident et se mue  ne trouvant pas de mots à dire, aussitôt son fils vient le ramener à la réalité amère à laquelle il doit faire face.

  • Laissez donc ces gens innocents qui ont rien  fait de mal à part révéler involontairement votre jeu, veuillez répondre à ma question ! Vocifère Hans
  • Mon cher et unique fils, si je t’ai menti tout ce temps là sur ce monde c’est uniquement pour te protéger de ses dangers, mon désir était de t’éloigner de tous préjudices, tu es la chose la plus précieuse que j’ai et qui me reste. Après la mort de ta mère, mes ennemis malveillants ont fait et étaient prêts à faire n’importe quoi pour t’enlever la vie et rendre le royaume instable. Te perdre aurait entraîné ma fin. Le roi fond en larmes
  • Est-ce donc votre meilleur argument ! Vous pensez vraiment que c’est le meilleur moyen de me protéger de votre énemies ! En me détenant de la sorte et m’enfermant entre vos murs, et en vous moquant ainsi de moi devant tout le royaume. Mon existence était si lourde à accepter ? Répondez-moi !
  • Tu ne sais pas l’ampleur du  danger que tu cours dehors, c’est un monde qui réduit à néant tout humain sans défense, un monde cruel qui ne cessera de te blesser et de te courir après, tu n’es pas encore prêt pour faire face à cela, je voulais seulement te garder de tous ces dangers … explique-t-il à voix tremblante
  • Rien ne me fera changer d’avis, à l’instant où j’ai vu le monde que tu m’avais dessiné s’écrouler à cause de tes mensonges, j’ai décidé de m’enfuir. Je m’en vais père, vous m’avez rendu assez ridicule et indigne de confiance, vous ne me reverrez plus jamais dans votre château, ma liberté vaut toutes vos richesses et même votre amour !

Ainsi, le prince quitte la grande salle les yeux remplis de chagrin et de larmes, il laisse derrière lui son père à genoux le suppliant de ne pas partir. Il enlève ses vêtements majestueux brodés d’or et pailletés de diamants, et met des vêtement usés de serviteur, puis va aux écuries, détache son cheval Ethalon et s’en va .

Aux gigantesques portes que sèment les remparts du palais, le jeune Hans entend son père lui courir après en lui hurlant «  méfie toi du fils de la vieille, sa compagnie te mènera à la ruine… »

En ignorant ces mots du roi Ardine , Hans quitte le palais sans faire de regard en arrière . Sur le chemin de sortie ,le pittoresque qui il croise devant lui ébloui sa vision ; la faune et la flore dans toutes leurs richesses et splendeur ; des arbres de tout les type , des feuillages de toutes les couleurs , un havre de paix. Une fois qu’il a traversé ce dernier , tout d’un coup un village surgi en face de lui face ; une ceinture massive entourant des maisons en architecture particulière , le bavardage des gens , les bruits des animaux , tout un nouveau monde qui fait qu’une étrange sensation s’installe dans le cœur du prince.

To be continued ,stay tuned !©venus_writer

PS : vos critiques vont vraiment améliorer mon travail n’hésitez pas à les écrire en commentaire, si jamais vous voulez m’aider à réaliser mon rêve d’écrivaine , vos dons n’apportons beaucoup d’aide ICI

Chapter 1: The prisoner of the castle ( part 02 )

The prince, already awake, goes to wash and dress in order to prepare himself for a day full of duties, he hears a knock at his door and the voice of a maid who is not Renette’s calls him to have breakfast. The maid sets the table with all kinds of food and then waits for Hans to finish before serving him. Once finished, Hans sits down at the table and before he starts he looks at the maid and asks her:

  • Your face is not familiar , what happened to Madame Renette?
  • Madame Renette had an awful stomach this morning, unfortunately she cannot serve you today, allow me to take her place in order to help you , your Highness. She answers
  • What a misfortune! I wish she will recover soon , tell the guards to bring her the best of care, now please pour me some juice. Says Hans

Surprised by the kindness of Hans, the maid hurries to fill his cup, she serves him a plate with all kinds of treats, then Hans starts to enjoy the food peacefully. While eating a small bag falls from the apron of the maid, she hurries to catch it but the prince notices directly her gesture, he stops eating and questions her:

  • Why did rushed to catch the bag , is there anything precious in it ? Says the prince
  • Nothing your Highness! Nothing that might probably interests you. She answers with a trembling voice
  • How could you tell ? Aren’t you a thief who may have stolen something from my palace? Your face’s expressions confirm it, You’d better hurry up to show me what you’re holding there or you’ll know a terrible punishment!
  • The maid, out of fear of being accused of robbery and might be chased out of the palace, she pulls the bag out of her apron and shows the bone covered with meat that she stole from the kitchen . When Hans saw the piece of meat, he instantly feels a twinge of pity for the poor servant , and felt guilty for yelling at her.
  • What were you doing with that bone? Is the palace not feeding you? Are being deprived of food? I’ve never had such a thing in my plate ,Where did you get it from ?Says Hans intrigued
  • No your Highness , you’re mistaken ! I’m graciously served in the palace with all sorts of food , l really am treated well and couldn’t wish for a better place. However , since I’ve started working here , I’ve never been served with this part; when I saw the other servants throwing them away, I rushed to pick up one so that I can enjoy it ,this piece’s taste is on an other level , it’s the thing I desire the most. Have you ever tried it your majesty?
  • No, I had never eaten a peice of meat that had a bone , but I shall say that the way you described it makes me curiously want to try it!
  • This bone contains inside a very tasty substance called bone marrow, it has a lot of virtues, I don’t understand why your servants throw them away, if they really cared for your well-being they would have given you this part instead of that piece in your plate. Said the maid

Hans stands up driven by curiosity and the desire to taste this thing and walks towards the servant

  • I order you to hand t me that bone, so that I enjoy this delightful treat you are talking about….

The prince snatches the bone from the maid and tries to get the succulent matter out , he accidentally hit it against the window of the attic which looks onto the village square below the palace and the latter broke. The prince landed his eyes on the outside , fascinated, dazzled, shocked, surprised, words vanished from his mind and tears suddenly filled his eyes….

  • I cant’t believe my eyes ! What is this ? A village ! So everything my father told me was a lie, how could he do this to me? There is indeed a world behind these walls that has been hidden from me all my life!
  • Didn’t you know that, your majesty? Says the servant

With eyes that are both furious and sorrowful, Hans turns towards the servant and stares at her for a moment, then rushes down the endless alley from his side to King Ardine, his face shaken, his eyes full of tears and disappointment

  • Father ! What have you done with my life father, why have you lied to me all this time. He yells with a sobbing voice

The palace servants and all the staff freeze in their tracks, shocked by the revelation made by the young man  » Hans is the son of the king he once claimed to be dead, » they whisper.

The poor maid didn’t take much to arrive, when she crumbled on the floor begging for the king’s mercy her eyes drowned in tears.

  • Forgive me your majesty, this is all my fault, none of this would have happened if I hadn’t taken that cursed bone with me ! Have mercy on a miserable woman that I am .
  • I can’t believe that an insignificant servant is behind this! Guard! Tie up this vermin so that I can cut off her head. Screams the king

The old butler Cunt remembers that this incident would never have happened if he had given orders to the poor woman , he decides to take full responsibility for this terrible mistake and confesses it to his majesty.

  • Your Majesty! I am afraid this is all my fault, I neglected to tell this new servant about the rules of the castle which misled her. I have failed in my duty unfortunately ,I am not worthy of the your trust , I’m the one who deserves to be decapitated , please relaese me . begs cunt

The words of Cunt drive the king in a total emptiness, he cannot believe his ears . This paralysing moment comes from his confidant , his legs are shaking and can’t take anthing more , he unconsciously collapse on the throne , however Hans screamed loud his name and brought the king back to the bitter reality that he must face.

  • King Ardine ! Let these innocent people who have done nothing wrong but unwittingly reveal your dusty game, please answer my question! Hans
  • My dear and only son, if I lied to you all this time about this world , it was only to protect you from its dangers, you are the most precious thing that I’m holding onto and that is left to me . After the death of your mother my spiteful enemies did and was ready to do anything in order to take you life and make the kingdom unstable. Losing you would have brought my end. The king breaks in tears
  • So that’s you argument ! You really think that this is the best way to protect me from you nemesis! By detaining me this way, locking me up within your walls, and thus made fun of me in front of all your all people. I was this heavy to handle father? Answer me
  • My son , You have no idea of the danger that you run outside, it is a world that destroys the helpless ones, a cruel world that will not stop hurting you , and will make you bleed till the last drop. You are not ready yet to face it . I only wanted to keep you safe and sound. Ardine explains in a trembling voice
  • Nothing will change my mind, the instant I saw the world you had drew to me crambling because of your lies , I decided to run away. I’m leaving father, you have made me ridiculous and untrustworthy, you will never see me again in your castle, my freedom is worth all your wealth and even your love.

Thus, th prince leaves the grand hall his eyes filled with sorrow and tears ,he leaves behind him his father on his knees begging him to not leave. He takes off his majestic clothes embroidered in gold and spangled with diamonds, and puts on cheap clothes of a servant , then goes to the stables, unties his horse Ethalon and ride away.

At the gigantic gates of the palace , young Hans hears his father running after him, shouting « Beware of the old woman’s son, meeting him will be your downfall »

Ignoring these words of king Ardine, Hans leaves the palace without making a look back. On his way out, the scenic landscape which crosses his eyes dazzled his vision; the fauna and the flora in all their richness and splendor; trees of all the type, foliages of all colors, a haven of peace. Once he crossed this forest, all of a sudden a village appeared in front of him; a massive enclosure surrounding houses in particular architecture, he also hears the chattering of people and animals sounds, a whole new chapter which gave birth to a strange sensation to the prince.

To be continued ,stay tuned !©venus_writer

PS : your critics will really improve my work don’t hesitate to write them in comments, if you ever want to help me realizing my dream of being a writer, your donations will really help me HERE

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :